La mouillette inutile

« M. De L.R. était dans son temps le plus illustre gourmand de Paris, et ce n’est pas peu dire. Riche financier, il n’avait besoin que de beaucoup d’appétit pour se satisfaire : aussi les cases de son bureau et les tiroirs de son secrétaire étaient-ils remplis de tout ce que la France produisait alors de meilleur, et qu’il tirait en droiture, ayant par sa place tous les courriers de la malle à ses ordres. Il mordait dans un pâté de foies gras, comme dans une brioche, avalait les truffes comme des cerises, et ses petits pains étaient de gros cervelas. Mais sa femme, qui redoutait sans doute le veuvage, ne cessait de le contrarier dans ses goûts, et il était obligé de s’enfermer pour s’y livrer sans obstacle. Enfin il tombe malade, et le premier remède que les médecins prescrivent à un gourmand, c’est la diète. C’était pour le nôtre le pire de tous, et il l’aurait sans doute mal observé sans la vigilance de Mme de L.R. qui, s’emparant de toutes les clefs, et s’établissant sa garde-malade, le mit absolument en tutelle, ainsi que l’est dans sa propre maison tout homme forcé de s’aliter. Les remèdes opèrent, et M. de L.R. entre en convalescence. On lui permet enfin de manger ; et le médecin, qui connaissait le faible de son malade, prescrivit scrupuleusement la dose des aliments, qui consistèrent, pour cette première fois, en un œuf frais, accompagné d’une seule mouillette. M. De L.R. aurait bien voulu que cet œuf soit pondu par une autruche, plutôt que par une poule, mais il s’en dédommagea sur la mouillette. Il fit acheter le pain le plus long qu’on put trouver dans Paris, en sorte que cette mouillette, avait plus d’une aune, et pesait près d’une livre. Madame voulut contester, mais il n’y eut pas moyen, puisque l’ordonnance était suivie à la lettre. On apporte l’œuf en grande pompe ; on met le couvert sur le lit du malade, qui se dispose à dîner en vrai convalescent. Mais en suçant le lait de cet œuf frais, il huma si fort, qu’il avala le jaune en même temps ! O fâcheux accident, déplorable précipitation, qui rendait cette belle mouillette inutile ! Aussi, Mme de L.R. la fit-elle emporter gravement avec la coquille. M. De L. R. en pensa retomber malade de désespoir. Il n’en fut consolé qu’à sa première indigestion. »

Ce texte est extrait de l’ouvrage :

RELATED POSTS

%d blogueurs aiment cette page :