Le Menu #44 : coup de gueule de Jean Jaurès, spéculations et faus-sel

Bonjour,

Pour débuter, je voudrais revenir sur le petit questionnaire que nous avions intégré à notre dernière newsletter et auquel 80 d’entre vous ont pris le temps de répondre. 
Je voudrais les remercier ici et leur dire que leur réponses nous ont beaucoup servi. Voici quelques enseignements que nous en avons tiré.

– Vous achetez vos livres en librairie (92 %), sur Amazon (27,5 %) et sur les sites des éditeurs (pour 60 % d’entre vous).

– Si 20 % des personnes ayant répondu n’ont jamais acheté sur notre site, 64 % l’ont fait plusieurs fois et à 80 % pour soutenir notre travail. Mille merci à eux.

– Lorsque l’on évoque l’obligation future de facturer les frais de port, si 70 % des répondants continueront à commander sur notre site, 30 % y réfléchiront à deux fois ou préféreront acheter ailleurs.

– À la question “Si vous avez une idée pour que l’on évite de vous facturer des frais de port tout en respectant la loi, n’hésitez pas à la partager avec nous !”, je dois avouer que vous avez été assez créatifs et que je réfléchis à reprendre quelques-unes de vos idées. Encore une fois merci beaucoup pour votre aide.

Un coup de gueule

Ce coup de gueule est signé Jean Jaurès. Il date de 1904 et a été publié dans L’Humanité le 31 juillet 1920. Il s’intitule “La Houille et le blé” et fustige le naturel et y fait l’éloge du travail de l’homme créateur du blé ainsi que du progrès menant à une société plus rationnelle et plus juste. Un texte centenaire qu’il convient de relire à l’aune de nos questionnements contemporains.

Je l’ai reproduit dans le dernier numéro de Ceres qui paraît aujourd’hui et je vous le partage ici :

Au pied des gerbiers dorés qui attendent la visite prochaine de la batteuse, les paysans apportent quelques blocs de houille luisante et noire. C’est le charbon qui demain fera aller la machine. Ainsi, c’est par la houille, par le grand moteur de l’industrie, que s’achève maintenant le cycle du blé : c’est une association d’images et de forces toute neuve.
Il y a quelques années, le charbon évoquait à l’esprit ou les grandes gares sonores, ou les vastes usines closes, trépidantes et poussiéreuses. Le voilà aujourd’hui qui mêle son éclat souterrain et sombre à la splendeur ouverte des moissons que donna le grand espace clair. Demain il fera haleter la machine en pleine nature recueillie, et l’ombre de sa fumée inquiète passera sur les prés à la croissance lente, où les forces de la vie travaillent silencieusement. En cette houille s’était emmagasinée, depuis des milliers de siècles, la chaleur solaire. Ainsi, tandis que le soleil des jours présents mûrit les épis de blé, c’est le soleil des jours lointains, ranimé par le génie de l’homme, qui aide le paysan à séparer le grain de la paille.
Le travail humain appelle à soi, avec les vifs rayons de la lumière d’aujourd’hui, la force obscure de la lumière de jadis ! Et le « geste auguste du semeur », ouvrant le cycle du blé que la houille achèvera, ne s’élargit pas seulement aux horizons visibles : il évoque en outre maintenant, pour l’accomplissement suprême de l’œuvre, les forces qui rayonnent dans les horizons du passé.
Quel magnifique témoignage de la croissance de l’homme, de sa puissance grandissante sur la nature ! Quelle glorification de l’esprit qui crée ! Et comme les paysans tressailliraient parfois d’une joie profonde, si leur travail s’illuminait de pensée ! Il faut éveiller leur conscience, et leur révéler, presque dans la familiarité de leur vie, dans leurs actes les plus accoutumés et les plus simples, la grandeur du génie humain.
Mais n’est-ce pas l’homme aussi qui a créé le blé ? Les productions que l’on appelle naturelles ne sont pas pour la plupart – celles du moins qui servent aux besoins de l’homme – l’œuvre spontanée de la nature. Ni le blé, ni la vigne n’existaient avant que quelques hommes, les plus grands des génies inconnus, aient sélectionné et éduqué lentement quelque graminée ou quelque cep sauvage. C’est l’homme qui a deviné dans je ne sais quelle pauvre graine tremblant au vent des prairies le trésor futur du froment. C’est l’homme qui a obligé la sève de la terre à condenser sa plus fine et savoureuse substance dans le grain de blé ou à gonfler le grain du raisin.
Les hommes oublieux opposent aujourd’hui ce qu’ils appellent le vin naturel au vin artificiel, les créations de la nature aux combinaisons de la chimie. Il n’y a pas de vin naturel, il n’y a pas de froment naturel. Le pain et le vin sont un produit du génie de l’homme. La nature elle-même est un merveilleux artifice humain. Sully Prudhomme a surfait l’œuvre du soleil dans son vers magnifique :

Soleil, père des blés, qui sont pères des races !

L’union de la Terre et du soleil n’eût pas suffi à engendrer le blé. 
Il y a fallu l’intervention de l’homme, de sa pensée inquiète et de sa volonté patiente. Les anciens le savaient lorsqu’ils attribuaient à des dieux, image glorieuse de l’homme, l’invention de la vigne et du blé. Mais depuis si longtemps, les paysans voient les moissons succéder aux moissons, et les blés sortir de la semence que donnèrent les blés ; la création de l’homme s’est si bien incorporée à la terre, elle déborde si largement sur les coteaux et les plaines que les paysans, tombés à la routine, prennent pour un don des forces naturelles l’antique chef-d’œuvre du génie humain.
Et comment, en effet, sans un effort de l’esprit, s’imaginer de façon vivante que cette grande mer de blé qui, depuis des milliers d’années, roule ses vagues, se couchant, dorée et chaude en juin, pour redresser en mars son flot verdissant et frais, gonflé encore peu à peu en une magnifique crue d’or, comment s’imaginer que cette grande mer dont les saisons règlent le flux et le reflux, a sa source lointaine dans l’esprit de l’homme.
Il en est ainsi pourtant, et une part essentielle de l’éducation des paysans sera de leur donner le sentiment vif, la sensation de ces choses. Leur défaut essentiel, c’est l’excès d’humilité devant la nature ; c’est la tendance à faire de ce qui est, dans l’ordre social comme dans l’ordre naturel, un immuable et inexorable destin. Même aujourd’hui, même après les prodigieuses inventions de la science, même après les applications de la chimie et de la mécanique au travail agricole, le progrès, même quand ils l’acceptent, ne leur paraît qu’un accident, une surprise partielle. Ils n’ont pas l’idée de l’évolution lente mais infinie de la race humaine. La vie est pour le paysan comme un rideau étroit sur un océan immobile. S’il n’y souffre pas trop la faim, il ne regarde même pas l’horizon. Il commence pourtant à s’émouvoir. Et, si nous savons par l’école, par une propagande où quelque philosophie du monde et de l’histoire met un sens général, réveiller enfin à l’idée de l’évolution et du progrès, nous aurons hâté peut-être d’un siècle l’avènement d’une société plus rationnelle et plus juste.
Je sais bien que toute parole serait vaine et toute théorie impuissante, si déjà le mouvement des choses ne se faisait sentir dans la vie même et dans les habitudes du paysan. Il faut, et en cela le matérialisme historique est vrai, que les conditions économiques sollicitent la pensée de l’homme. Mais celle-ci n’est point une force inerte. Elle va, dans le sens des faits, plus vite que les faits eux-mêmes. Donner au paysan le sentiment profond du mouvement universel ; lui rendre présentes, par l’histoire, les grandes transformations déjà accomplies, le rendre attentif aux transformations lentes, mais continues, qui s’accomplissent en lui et autour de lui ; lui faire voir la puissance grandissante de l’homme qui a créé sans cesse des formes nouvelles de vie et de société, et créé, pour ainsi dire, la nature elle-même dans ses plus nécessaires productions ; lui communiquer aussi l’audace d’esprit qui a fait l’humanité grande ; il n’est pas de tâche plus urgente, et elle n’est pas aujourd’hui au-dessus des forces de l’esprit humain.
La houille est près du gerbier. Que la science soit près du moissonneur. L’âme de feu de l’industrie est entrée dans le travail du paysan ; que l’ardente pensée du progrès, âme de feu de l’histoire humaine, entre aussi dans son cerveau.”

Des nouvelles des petits fretins

Je vous le disais, le dernier numéro de Ceres paraît aujourd’hui et il est très beau (et très intéressant). Paraît également Éloge du service en salle, un ouvrage qui vise à redonner au service ses lettres de noblesse à une époque où ces métiers peinent à recruter.

Samedi dernier sur RFI, vous avez pu écouter Le Goût du Monde de Clémence Denavit consacré à Édouard de Pomiane. Si vous l’avez raté, le podcast est ici.

Dimanche prochain, le 31 octobre, c’est Halloween. Pour cette occasion, Menu Fretin réunit tous ses auteurs morts pour une incroyable et fantomatique séance de dédicaces. Le principe est assez simple : vous achetez dimanche et uniquement dimanche un exemplaire d’un livre d’un auteur mort (vérifiez avant que c’est bien le cas car on ne veut pas d’histoire avec les vivants), et nous on essaie de chopper son fantôme pour qu’il vous fasse sa dédicace. Bien entendu, nous ne pouvons vous assurer que cela fonctionnera parfaitement mais comme dit le dicton, qui ne tente rien n’a rien, et donc si vous voulez pouvoir crâner devant vos amis avec la dédicace d’un auteur mort, si j’étais vous, je tenterais ma chance…

Une recette

Il s’agit d’une recette de gâteau au nom assez étrange dont il faut savoir tirer avantage, d’où son nom de spéculation.

Spéculations

500 à 600 g de farine, suivant qualité ; 250 g de beurre ; 3 à 4 œufs, suivant la grosseur ; 2 à 3 cuillers de rhum ; zeste d’un citron ou 20 gouttes essence de citron ; un peu de vanille ou de cannelle en poudre ; 10 g de levure anglaise.

Opération. – Travaillez la farine avec le beurre, qui ne doit pas être trop ferme, pour obtenir une semoule fine ; mêlez le sucre en poudre et le parfum. Ajoutez les œufs et le rhum et pétrissez vivement. Fraisez la pâte deux ou trois fois, laissez reposer au frais quelques heures ou jusqu’au lendemain. 

Après avoir abaissé la pâte, parsemez la poudre anglaise, repliez et pétrissez quelques instants. Étendez de nouveau au rouleau de l’épaisseur d’un demi-centimètre, tranchez avec découpoirs de différents dessins, faites cuire immédiatement sur la plaque beurrée, à une chaleur assez forte. Ces gâteaux secs se conservent plusieurs semaines en boîte de fer-blanc.

Un exquis mot

La définition de cette semaine est extraite du dernier numéro d’Agueusie que vous pouvez télécharger gratuitement ici.

Faus-sel
subst. masc.
Sel des pays étrangers, qui est entré en France sans permission ; et celui qui se trouve dans l’étendue de la ferme des gabelles (zone d’impôt royal), et qui n’a pas été pris au grenier à sel de l’Adjudicataire, ou aux regrats (petit commerce spécialisé dans la vente du sel).
~
J. S. des Brûlons. Dictionnaire universel de commerce (1744)

Et pour finir, une petite petite citation de Paul Claudel à propos des éditeurs:

 “Maints éditeurs, pareils à d’adroits couturiers, se chargent d’habiller le livre de manière à séduire des acheteurs dont l’œil est plus accessible que l’intelligence.”

Voilà, c’est tout pour cette fois.

À la revoyure !

 

Laurent, poisson-pilote chez Menu Fretin

Abonnez-vous pour recevoir Le Menu deux fois par mois dans votre boîte mail

Partagez cet article sur les réseaux sociaux

Agueusie,
notre meilleure lecture
pendant les pauses café !

Vous n’êtes pas abonné ?
Foncez, c’est gratuit et enrichissant !