Traité des excitants modernes

12,00 

Honoré de Balzac, recettes de Benoît Bordier, préface de Pascal Ory

Un essai décalé, né de la plume de Balzac, sur nos addictions quotidiennes : le café, le thé, le sucre, l’alcool et le tabac.

140 x 184 mm – 80 pages

UGS : 9782917008065 Catégories : ,

Description

Ce court texte de l’auteur de la Comédie Humaine fût publié en mai 1839 en préambule à une nouvelle édition de la Physiologie du Goût de Brillat-Savarin. La signature de Balzac s’impose ici et contribue à introduire le registre gastronomique dans la “grande” littérature française.
Dans cet essai original, Balzac nous dresse ainsi le portrait de cinq excitants – le café, le thé, le sucre, l’alcool et le tabac – dont la consommation pourrait influencer l’évolution et le futur de peuples entiers. A la façon de Zola, il présente de façon très médicale les effets de ces substances et mesure les éventuelles conséquences de leur consommation, néfastes sur la santé des individus.
Ce texte marquant n’est cependant pas exempt de critiques, comme le note Pascal Ory dans sa préface : « Ecrit à la diable, sans équilibre et sans cohérence, avec, par exemple, un auteur qui annonce cinq excitants puis en oublie un – le sucre – en cours de route et qui en expédie un autre – le thé – en quelques lignes. Mais la lecture que nous pouvons en faire aujourd’hui permet aussi de retrouver une saveur propre à ces quelques pages, dont les faiblesses deviennent alors sources de délices. »
Cet essai prend également tout son sens aujourd’hui à travers les problématiques de santé qui inondent l’univers gastronomique et qui font de la modération un vecteur essentiel de la société du XXIe siècle.
En contrepoint de ce texte, Benoît Bordier, jeune chef des Etangs de Corot à Ville-d’Avray, s’est inspiré de ces cinq excitants modernes pour nous livrer cinq recettes inédites, surprenantes et ludiques.

Informations complémentaires

Poids 155 g
Dimensions 184 x 140 x 8 mm

"Une portion quelconque de la force humaine est appliquée à la satisfaction d’un besoin ; il en résulte cette sensation, variable selon les tempéraments et selon les climats, que nous appelons plaisir. Nos organes sont les ministres de nos plaisirs. Presque tous ont une destination double: ils appréhendent des substances, et nous les incorporent, puis les restituent, en tout ou en partie, sous une forme quelconque, au réservoir commun, la terre. Ce peu de mots est la chimie de la vie humaine."

[...]

Le péché mignonUn dessert 100% sucre avec du caramel à tous les étages. Du caramel mou au chocolat, de la sauce caramel au beurre demi-sel, une tuile Carambar à la chantilly, une glace caramel et du praligrain. C’est une variation autour du sucre. C’est d’ailleurs davantage une assiette de mignardises qu’un véritable dessert. Ce plat est, en effet, beaucoup trop sucré et doit être accompagné, par exemple, d’un café. C’est une assiette pour les drogués de sucre. Le piment d’espelette apporte un contrepoint à cet excès de sucre. Le sucre naturel, de la betterave ou des fruits, par exemple, est intéressant à utiliser en cuisine avec la viande ou le poisson. En revanche, le sucre raffiné, lui, l’est moins.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Traité des excitants modernes”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous aimerez peut-être aussi…