Grand Dictionnaire de Cuisine (coffret de 3 volumes)

58,00 

Par Alexandre Dumas – Préface de Pascal Ory

Une œuvre riche, extravagante qui parle de cuisine avec “les tripes” autant qu’avec la tête

140 x 216 mm – 1168 pages

UGS : 979-10-96339-20-4 Catégories : ,

Description

“J’ai de par le monde, trois ou quatre grands cuisiniers de mes amis, que je ménage pour collaborer dans un grand ouvrage sur la cuisine, lequel ouvrage sera l’oreiller de ma vieillesse.”

Rédigé en Bretagne où, malade, Alexandre Dumas s’est retiré, le manuscrit du Grand Dictionnaire de Cuisine est rendu à son éditeur Alphonse Lemerre en mars 1870. Dumas meurt le 5  décembre de cette même année. Alphonse Lemerre en confie alors l’édition à Charles Leconte de Lisle (poète, successeur de Victor Hugo à l’Académie française) et à un jeune homme encore inconnu : Anatole France. Villemot, cuisinier réputé, apporte quant à lui ses conseils techniques. L’ouvrage paraît en 1873, soit trois ans après la mort de Dumas.

Ce travail colossal réunit toutes les réflexions qu’Alexandre Dumas avait assemblées au cours de sa vie sur l’une de ses grandes passions : la cuisine. Son dictionnaire est une œuvre riche, extravagante, qui parle de cuisine avec “les tripes” autant qu’avec la tête, un ouvrage de passionné.

Fin gourmet, Alexandre Dumas a goûté à de nombreux mets et aliments hors du commun durant sa vie. De l’agneau au curaçao en passant par le dauphin, l’ours, le soudac ou encore la tortue, il vous partage ses impressions, recettes et informations historiques dans son Grand Dictionnaire de Cuisine.

***

La collection Archives Nutritives réunit les textes essentiels de la gastronomie.

Alexandre Dumas est né le 24  juillet 1802 à Villers-Cotterêts et mort le 5  décembre 1870, près de Dieppe. Fils de Thomas Alexandre Davy de La Pailleterie dit le “général Dumas”, et père d’Alexandre Dumas (1824-1895) dit “Dumas fils”, il est l’auteur de pièces de théâtre et de nombreux romans (Les Trois Mousquetaires, Le Comte de Monte-Cristo).

"L'édition en coffret du Grand Dictionnaire de Cuisine d'Alexandre Dumas n'est pas une extravagance de collectionneur mais un voyage fabuleux en trois volumes où gourmandise, écriture et connaissances s'unissent généreusement. Comme il le note dans une de ses introductions, l'auteur du Comte de Monte-Cristo voulait "être lu par les gens du monde et pratiqué par les gens de l'art". Achevée en 1870 - quelques mois seulement avant sa mort -, cette œuvre réunit les folies d'un créateur et le sérieux d'un gastronome hors du commun. On part du A des "Abattis" au Z du "Zuchetti" en tutoyant les poètes de la poularde, les flibustiers de la soupe à la tortue, les rêveurs de pot-au-feu. Et quand il s'agit, par exemple, de détailler la recette de la selle d'agneau à l'anglaise, l'occasion est trop belle d'évoquer la marquise de Créqui ou le comte de Bausset. Vive l'hédonisme de ce génie, romancier inspiré, artiste gargantuesque pour l'éternité."
Lire n° 461 (décembre 17-janvier 18), Christine Ferniot

"Le saucisson, c’est comme une guirlande de Noël au-dessus du brouet du quotidien. Sauf qu’avec lui, on a le droit à un petit Noël tous les jours. Pourtant, ce n’est pas Broadway le saucisson, c’est juste du gras, du maigre dans un boyau et roule ma poule au bout de la ficelle. Il ne se la pète pas comme le foie gras ou le pata negra, le saucisson. Bien sûr, il y a toujours quelques snobinards pour l’affubler de truffe ou d’autres colifichets (fruits secs, fromages…), mais franchement on n’a pas fait mieux que le sifflard sans fard pour régaler les papilles… Il est simple et essentiel jusque dans les mots des grands écrivains, comme Alexandre Dumas dans son Grand dictionnaire de cuisine, magnifiquement réédité par les éditions Menu Fretin (1). On a trop souvent oublié que l’auteur des Trois mousquetaires était un fin gourmet, gourmand de tous les savoirs en cuisine. Du saucisson, il écrit ainsi : « Viande hachée et enfermée dans un intestin de bœuf. Il y a des villes dont les bons saucissons ont fait la réputation. Il y a les saucissons de Lyon, il y a les saucissons de Strasbourg, il y a les saucissons d’Arles ; mais il faut l’avouer, la beauté des femmes d’Arles a fait plus encore pour la réputation de la ville que la sapidité de ses saucissons.»"
Libération du 7 décembre 2017, Jacky Durand

"On est d’autant plus injuste avec le navet qu’il se donne du mal pour pousser une grande partie de l’année, entre les variétés «précoces», «de saison» et «tardives». Il existe ainsi plus d’une trentaine de sortes de navets en France qui ont eu les honneurs du Grand dictionnaire de cuisine d’Alexandre Dumas: «Les légumes eux-mêmes ont leur aristocratie et leurs privilèges : il est reconnu que les trois meilleures espèces de navets que l’on peut cultiver sont ceux de Cressy, de Belle-Ile-en-Mer et de Meaux : mais, soit intrigues, soit adresse, ce sont les navets de Freneuse et de Vaugirard qui fournissent aujourd’hui à la consommation de Paris», écrit l’auteur des Trois Mousquetaires dont la cuisine fut l’une des passions."
Libération du 4 janvier 2018, Jacky Durand

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Grand Dictionnaire de Cuisine (coffret de 3 volumes)”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous aimerez peut-être aussi…