La Cuisine et pâtisserie anglaise et américaine

22,00 

Alfred Suzanne – Préface de Céline Brisset

Recettes, connaissances pratiques et anecdotes sur la gastronomie britannique de la fin du XIXe.

138 x 216 mm – 368 pages

UGS : 978-2-917008-70-6 Catégories : ,

Description

« On découvre dans ce traité que l’Angleterre de la fin du XIXe siècle possédait une cuisine à forte identité, gourmande et riche en produits de qualité. Alfred Suzanne nous fait également découvrir la cuisine des quartiers populaires de Londres ainsi que les traditions gastronomiques régionales. » M Cuisiner Le Monde – Chef Simon

La collection Archives nutritives réunit les textes essentiels de la gastronomie.

Ce “traité de l’alimentation en Angleterre au point de vue pratique, théorique, anecdotique et descriptif” paru en 1894 était originellement destiné aux confrères d’Alfred Suzanne – “cuisiniers français disséminés dans le Royaume-Uni de la Grande-Bretagne et dans ses colonies” – pour leur faciliter la tâche. Il offre recettes, connaissances pratiques et anecdotes, du petit-déjeuner au dîner. Chaque chapitre explore un thème (soupes, œufs et légumes, coquillages et crustacés, volaille et gibier, boissons, pâtisserie, sandwichs…) et nous permet ainsi d’en apprendre davantage sur la gastronomie britannique de l’époque, ses préférences culinaires et habitudes avec, par exemple, les traditionnels lunchs et five o’clock.

On découvre dans ce traité que l’Angleterre de la fin du XIXe siècle possédait une cuisine à forte identité, gourmande et riche en produits de qualité. Alfred Suzanne nous fait également découvrir la cuisine des quartiers populaires de Londres ainsi que les traditions gastronomiques régionales. Parmi les nombreuses recettes de cet ouvrage, on notera les classiques cheese cake, muffins, buns, pudding, porridge, sandwiches, oeufs frits et scones, et les plus étranges cygne rôti, pâté de corbeau ou langues de rennes. So British !

Informations complémentaires

Poids 466 g
Dimensions 216 x 140 x 29 mm

Alfred Suzanne (1839-1916) est un chef français. Il est le premier à écrire sur la cuisine de ses contemporains d’Outre-Manche grâce à son expérience d’une quarantaine d’années passées en Angleterre.

"Chaque chapitre explore un thème (soupe, oeufs et légumes, coquillages et crustacés, volailles et gibiers, boissons, pâtisserie, sandwiches…) et nous permet ainsi d’en apprendre davantage sur la gastronomie britannique de l’époque, ses préférences culinaires et habitudes avec, par exemple, les traditionnels lunchs et five o’click."
Chef Simon pour Le Monde

"Il est un fait indéniable, c’est que depuis quelques années les usages et les coutumes anglaises se sont graduellement introni- sées en France. Les sports les plus en faveur, tels que le football, le lawn-tennis, le golf, le rally-paper, le polo, les courses et le cro- quet, ont été importés d’Angleterre, et la cuisine anglaise elle- même tend également à vouloir se populariser chez nous, ce dont on peut se convaincre, en consultant les menus des bonnes tables et les cartes des grands restaurants parisiens. Une preuve flagrante de cette tendance à « festiner » à l’instar de nos voisins, c’est que nous avons adopté et francisé, tout en leur conservant leurs noms d’origine : le five o’clock, le luncheon et le garden-party."

[...]

MUFFINS
Préparer une pâte molle avec une livre de farine délayée avec un verre de lait tiède, 10grammes de sel. Autant de sucre, 30 grammes de beurre et 15 grammes de levure.
Placer la pâte dans une sébille et la laisser revenir pendant trois ou quatre heures. La remettre sur le tour et y ajouter de la farine afin de la rendre assez consistante pour pouvoir la travailler. En former des boules de la grosseur d’un œuf, qu’on aplatit et qu’on pose sur un linge bien fariné dans un endroit chaud.
Lorsque les muffins sont revenus à point, on les fait cuire sur la plaque d’un fourneau en fonte bien chauffée, et lorsqu’elles sont cuites d’un côté, on les retourne avec un couteau à palette. Quelques minutes de cuisson suffisent. On mange ces gâteaux pour déjeuner, ou avec le thé de 5 heures. Les fendre en deux lorsqu’on veut les servir et les faire griller comme des rôties de pain ordinaire. On étend du beurre frais sur chaque tranche qu’on rassemble ensuite en donnant aux muffins leur forme primitive.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La Cuisine et pâtisserie anglaise et américaine”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous aimerez peut-être aussi…