Cuisines en décalage horaire

22,00 

Collectif, préface de Régis Marcon, illustration couverture de Jean-Pierre Desclozeaux – 150 x 230 mm – 256 pages

UGS : 9782917008126 Catégories : ,

Description

50 produits d’exception racontés par 26 chefs francophones installés sur les cinq continents : voici le programme de Cuisines en décalage horaire !
Chacun des chefs parle des produits de son pays d’accueil, de leur histoire, de leur utilisation locale et propose une recette personnelle. Les autres chefs commentent cette description, favorisant ainsi l’échange et le partage, les deux notions essentielles de cet ouvrage.
Cuisines en décalage horaire vous ouvre les portes des cuisines de chefs reconnus qui, d’Afrique du Sud, de Thaïlande, du Maroc, d’Espagne ou de République Dominicaine, vous proposent une approche passionnante des différentes cuisines du monde.
Vous partirez à la découverte de produits méconnus des deux hémisphères comme le flocon de riz vert du Vietnam, le yangmei chinois, le hanghop des Pays-Bas ou encore le cactus des États-Unis…
Un voyage culinaire unique vous attend à travers ce livre. Une bonne occasion d’y découvrir les spécificités et les mixités de la marmite planétaire, car au fil des siècles, des découvertes et des échanges commerciaux, les produits d’un continent ont souvent conquis les autres. Les cuisines se sont mixées tout en conservant leurs spécificités. En effet, au-delà des produits – locaux ou mondiaux – la cuisine est avant tout une affaire culturelle. Alors n’attendez plus, partez à la découverte des produits et des cuisines des deux hémisphères.

Informations complémentaires

Poids 558 g
Dimensions 230 x 150 x 20 mm

"Bel échange d'expériences que nous propose ce livre alerte jusque dans nos cuisine : cinquante produits racontés et cuisinés par vingt-six chefs des deux hémisphères."
Maisons Décors

"Une visite guidée sur les cinq continents, passionnante et enrichissante. Bravo !"
Le Monde Magazine

Le wasabiCe rhizome à l’arôme agréable, au goût piquant et épicé, existait au Japon à l’état sauvage depuis toujours, mais c’est au XVIIe siècle que sa culture s’est répandue, époque où l’on a commencé à l’utiliser pour accompagner les sushis. De nos jours, c’est à Shizukoa, dans la presqu’île d’Izu que 80% de la production nationale sont cultivés.
Proche du raifort européen (ou de la moutarde), le wasabi est apprécié frais par les Japonais. Ils le mangent râpé avec un ustensile spécial en peau de requin, le plus souvent avec des sushis et du poisson cru. Pour le râper, ils partent de la partie la plus charnue, la plus dure, celle qui est près de la tige.
La première fois que j’ai goûté du wasabi, c’était dans un restaurant de sushis il y a 15 ans. J’ai été surpris de découvrir à la fois un produit fin en bouche, avec un goût piquant assez extraordinaire. J’ai eu la chance de découvrir d’abord le véritable produit, le frais, râpé devant moi, avant le dérivé (la pâte, la poudre, le surgelé). J’ai attendu de nombreuses années avant de l’utiliser. À la Tour d’Argent à Tokyo, là où j’ai commencé, ce n’était pas l’établissement propice. Il me fallait un environnement 100 % japonais.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Cuisines en décalage horaire”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous aimerez peut-être aussi…